La Femme des Lumières

20-01-15

Les arts et les modes de la France, facteurs de civilisation en Europe au XVIIIe siècle

   La civilisation française fut à l'origine d'un cosmopolitisme aristocratique où la langue, la littérature mais aussi la mode et les arts s'assurèrent la préférence.    « Les Français ont été, depuis plus de cent cinquante ans, le peuple qui a le plus connu la société, qui en a le premier écarté toute gêne », cite[1] Paul Hazard dans La pensée européenne au XVIIIe siècle (Fayard, 1963).       Il explique ainsi la prééminence de la France, considérée comme un idéal, dans la... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 11:34 - - Permalien [#]

19-11-14

Femmes de lettres du XVIIe siècle qui ont préparé les femmes des Lumières

   Elles sont nombreuses en ce XVIIe classique et, comme bien souvent, on n'en connaît que quelques unes, avant tout Mme de Sévigné pour ses Lettres et Mme de La Fayette pour sa Princesse de Clèves.    Elles aussi méritent notre intérêt. Les intellectuelles du XVIIe siècle ici => http://ecrivaines17.canalblog.com/   
Posté par naguere2 à 08:02 - Permalien [#]
10-03-14

Universalité de la langue française au XVIIIe siècle

   Dans l'Europe entière, on parle français dans les milieux cultivés.  On imite la France dans tous les domaines et on peut parler d'universalité de la civilisation française.    Dans les grandes familles étrangères, les précepteurs sont français. Au collège de Bucarest, l'étude du français devient obligatoire et dure neuf ans (1774). Tous les Russes parlent français (voir les articles sur Catherine II).  Le roi Frédéric II de Prusse déclare "ne parler allemand qu'à ses chevaux." ... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 16:35 - - Permalien [#]
01-02-14

Objectif du blog

Pourquoi le XVIIIe siècle ?    Le XVIIIe siècle est, selon l'expression consacrée, le "siècle des Lumières". Ces belles lumières éclairent l'entendement humain depuis l'Antiquité et ne sont jamais aussi brillantes qu'au temps de Louis XV. Michelet aurait ouvert  un cours au Collège de France par ces paroles : "Le Grand Siècle, messieurs, je veux dire le XVIIIe..."    Tout au long de son existence, l'humanité s'est principalement occupée de son esprit et de son âme. D'où la place que tiennent les lettres,... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 14:26 - Permalien [#]
24-01-15

Un repas sous le Directoire chez Barras

CARTE DINATOIRE POUR LA TABLE DU CITOYEN DIRECTEUR ET GENERAL BARRAS LE DECADI 30 FLOREAL ~~~~~~  Douze personnes 1 potage 1 relevé 6 entrées 2 plats de rôt 6 entremets 1 salade 24 plats de dessert Voici le détail : Les soupes Le potage aux petits oignons à la ci-devant minime Le relevé, un tronçon d’esturgeon à la broche Les six entrées 1 d’un sauté de filets de turbot à l’homme de confiance 1 d’anguille à la tartare 1 de concombres farcis à la moelle 1 vol-au-vent de blanc de... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 18:49 - - Permalien [#]
Tags :
24-01-15

Les coiffures parlantes de Léonard

   Le coiffeur Léonard invente les coiffures parlantes qui font allusion à l’actualité, au succès d’une pièce ou d’une chanson. La collection formerait une véritable gazette capillaire du XVIIIe siècle.    On voit donc paraître et disparaître la coiffure à l’Iphigénie (en l’honneur de l’opéra de Gluck mis à la mode par sa compatriote Marie-Antoinette), le pouf à l’Inoculation (pour célébrer la vaccine), la coiffure à la Montgolfier (contemporaine des premiers lancements de ballons), les coiffures à la Boston,... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 12:01 - - Permalien [#]
Tags :


24-01-15

Les maîtresses, institution d'Etat au XVIIIe siècle

   Après le libertinage de la Régence, les maîtresses sont devenues une institution d’Etat, que ce soit celles de rois ou celles des grands. L’avocat Barbier[1] s’écrit : « Eh quoi ! Sur vingt seigneurs de la cour, il y en a quinze qui vive avec une autre que leurs femmes : dès lors, qu’a-t-on à redire à la conduite du roi ? »    Maîtresses des philosophes, Voltaire, d’Alembert, Diderot, Helvétius, le baron d’Holbach ; innombrables maîtresses du marquis d’Argens. Comme disait... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 11:37 - - Permalien [#]
Tags :
24-01-15

Le rouge des Hottentotes

   Le maquillage, notamment le rouge de la cour, outrepasse souvent la raison. Peut-on toutefois le comparer avec celui des Hottentotes ?...   « L’habitude de voir des Hottentotes ne m’a jamais familiarisé avec l’usage où elles sont de se peindre la figure de mille façons différentes ; les deux couleurs dont elles font surtout très grand cas sont le rouge et le noir. La première est composée avec une terre ocreuse qui se trouve dans plusieurs endroits ; elles la mêlent et la délayent avec... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 10:56 - - Permalien [#]
Tags :
24-01-15

Syle rocaille ou rococo

   Après la solennité du Grand Siècle et son faste discipliné par l’Etiquette, la rocaille se libère. L’Italien Juste-Aurèle Meissonnier nous offre en 1740 un recueil de cent huit planches, répertoire échevelé de courbes, de vagues, de coquilles, d’acanthes. Il cherche dans l’asymétrie une forme nouvelle, accord dissonant et rythme impair.    Ces excès apparurent aux contemporains et entraînèrent une réaction, comme celle de Nicolas Cochin : « Abattez donc tous ces herbages, ailes de chauve-souris et... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 10:24 - - Permalien [#]
Tags :
23-01-15

Peinture sentimentale

   Qu’il s’agisse de la fête galante ou du sentiment populaire, que les acteurs soient de haute ou de basse extraction, le procédé est toujours le même : le couple est le prétexte du tableau. Le XVIIIe commence par proclamer qu’il fait la fête : c’est la série des Fêtes galantes, terme générique. Les acteurs de ce théâtre du sentiment et de la verdure sont les nobles, gens de condition.    Watteau est le peintre attitré de ces scènes de genre. A l’autre bout de l’échelle sociale et du siècle,... [Lire la suite]
Posté par naguere2 à 13:07 - - Permalien [#]
Tags :


Fin »